Une séance dans un verger en fleurs?

Vous avez pensé à une séance d’engagement dans un verger en fleurs?

C’est ce que voulaient Geneviève et Guillaume pour leur session pré-mariage. Nous somme donc allé au Verger Gibouleau à Laval. Un très beau site pour faire ce type de séance portrait. Les Gibouleau sont une famille extra qui, avec permission bien sûr, nous laisseront la liberté d’aller prendre les précieux clichés de ce moment magique.

 

 

Bien sûr, il est mieux d’aviser avant de se rendre que de s’y rendre à l’improviste. Surtout si il y a eu un épandage de produits durant la journée.

Le mois de mai, début juin est le moment propice pour prendre ces images. Il me reste encore quelques places, réservez vite. Que ce soit pour une session d’engagement, portraits d’amoureux ou portraits de famille.

 

Et pourquoi pas un traitement différent de couleurs pour créer une belle atmosphère empreinte de douceur. 😉

 

Geneviève et Guillaume ont été extraordinaire lors de la séance.

Visitez notre site web pour plus d’informations. www.lifestyleimages.ca ou contactez-nous info@lifestyleimages.ca Tel.: 514-750-7492

Dominique De Mari

Hélène et Alfred

Il y a de ces couples sympathique pour qui travailler est un réel plaisir. Hélène et Alfred font partie de cette catégorie.

Nous somme aujourd’hui le 2 mai, et je dois l’avouer, j’ai hâte que la chaleur arrive. Mais qu’à cela ne tienne, je met aujourd’hui ce mariage d’hiver en ligne. 😉

Hélène et Alfred ont cette chimie que moi et ma douce avons nous même, c’est-à-dire un joyeux mélange de folie et de sérieux. Travailler avec eux n’est pas seulement un plaisir, mais c’est une joie assuré quand on y mélange toutes ces discussions qui vont tout azimut.

Ce mariage Maronite catholique égyptien fût célébré à St-Eustache. À la sortie de l’église, la mariée et ses dames d’honneurs ont eu le courage de poser sans manteau, qui je dois le dire, était très brave de leur part. Après quelques moments de poses et de plaisir assumé, notre couple et la table d’honneur ont décidé d’aller se réchauffer en prenant un café bien mérité chez Tim Hortons. La suite s’est déroulé en danse avec de la musique traditionnelle et de la danse de baladi.

Merci à vous deux, j’ai eu beaucoup de plaisir à travailler pour vous. 😉

 

Dominique De Mari photographe

514-750-7492 ou info@lifestyleimages.ca

 

My first Indian wedding

It’s been a while since I posted something on my blog, I will work on being more regular. 😉

I worked a lot these last years, didn’t posted all the weddings I did. Some nice weddings were kept on my hard drives, I think it’s time now to show them. (shame)  I choose to showcase one of my old wedding I did in 2008. Why this one? Well, I used to do lots of Italian weddings, Canadian, some Greek or Portuguese, but 80% were Italian or Canadian. When I was asked to do that Indian wedding, I was really thrilled. Why they choose me? Well, I was working as a sub-contractor at the time, when I met them at a Montreal bridal show, they told me they wanted something different, and they opted for me.

Because it was my first Indian wedding, Navneet and Ranjit gave me lots of tips and some documentation on what was going to happen. I talked to the guru (Sikh priest) on what I was allowed and wasn’t. They didn’t gave me limitation at all. I felt immediately welcomed, in the family, at the temple and at the party. My main job was the same that I do everywhere, I mean by that, observing what’s going on, and capturing all the moments.

Usually, it is a three day contract, but my presence wasn’t required for the henna. So I had to cover the wedding day, and the reception party the day after.

So the day started for me at 6 am with the bride getting ready session.

 

Then, I left to go to the groom getting ready session.

And we all left to go to the Sikh temple in ville LaSalle. A smaller replica of the Taj Mahal temple here in the great Montreal area.

First, the groom arrived at the temple, welcomed by the guest with music and dance. Each of the family members were presented and welcomed by the other family. Then, the groom had to negotiate his way into the temple with all the maids of honor. Once in the temple, we all went to have a breakfast together. After the ceremony who lasted almost four hours, we then went back to the lunch room for lunch, and wow, it was a real feast.

After the ceremony, we left for the couple session where all the bridal party followed for a fun photo session.

At 6 pm, we ended the first day, and I went home. For me, the day really didn’t end there. I had to sort out some pictures as I was requested to supply the with some picture for a slideshow. All were pleased with what they saw, and I was very pleased with what I heard lol When we’re working hard for people, hearing that everyone loved what they saw is very pleasing.

The day after, we met for another session in the Old Montreal. It was 4 pm, and we had 3 hours in front of us before going for the party.

It’s now 7 pm, we are leaving for the reception. So we left for Plaza Antique for all night up to 3 am.

I did a lot of weddings in my life, somewhere around 600, and Indian party’s are a blast. They are fun, colorful, lots of dance, food and discussion with guest. I really missed those two days.

Navneet and Ranjit, thanks for thrusting me, it was a week end I will never forget.

 

Dominique

Wedding coverage price list for 2017

Hi,

Here is the new 2017 price list. You will see that we add a new package, the 4 hour coverage. As many of you requested that amount of time, a 4 hour coverage will give you the basics for those who don’t want a huge coverage.

 

Price list 2017

New: $1450.00 4 hours coverage including all selected numeric files with color adjustments

$1850.00 6 hours coverage including all selected numeric files with color adjustments

$2450.00 9 hours coverage including all selected numeric files with color adjustments

$3000.00 12 hours coverage including all selected numeric files with color adjustments

$5125.00 with two photographer, 12 hours coverage including all selected numeric files with color adjustments and a 20 pages wedding album and an engagement session.

$375.00 engagement session (pre-wedding) *125.00 rebate with a 9 and 12 hours coverage

Trash the dress session:Starting at: $395.00
The TrashTheDress sessions are normally done after the wedding in an outdoor location.

Destination weddings
You would love to get married in a foreign country? Perfect, we enjoy travelling and we will love to go with you. You see? We are made for each other….. Hooray!!! (estimation on consultation only)

You want to know more about our different coverages for your wedding? Contact us!! We will love the sound of your voice we are sure. It will be a pleasure for us to give you more information. Call us. 514 750-7492

Liste de prix des couvertures de mariage pour 2017

Bonjour,

Voici la nouvelle liste de prix 2017. Vous y constaterez qu’il y a une nouveauté, soit les couvertures de mariage de 4 heures. Comme plusieurs en ont fait la demande par le passé, voilà une couverture qui couvrira les besoins de base en photographie de mariage.

Liste de prix 2017

Nouveau: $1450.00 couverture de 4 heures incluant un cd numérique de toutes les images sélectionnés avec corrections couleurs.

$1850.00 couverture de 6 heures incluant un cd numérique de toutes les images sélectionnés avec corrections couleurs.

$2450.00 couverture de 9 heures incluant un cd numérique de toutes les images sélectionnés avec corrections couleurs.

$3000.00 couverture de 12 heures incluant un cd numérique de toutes les images sélectionnés avec corrections couleurs.

$5125.00 à deux photographe, couverture de 12 heures incluant un cd numérique de toutes les images sélectionnés avec corrections couleurs et un album numérique de 20 pages, également une session d’engagement inclus (un photographe).

$375.00 session d’engagement (pré-mariage) *réduction de $125.00 avec l’achat d’une couverture de 9 ou 12 heures.

Session TrashTheDress à partir de $395.00 Ces sessions sont normalement faits à l’extérieur après le mariage.

Les fichiers RAW

Pourquoi votre photographe refusera de vous donner les fichiers RAW.

Ce n’est pas une demande courante, mais il arrive que de temps en temps un client nous demande si nous lui remettront les fichiers RAW des photos prises par nous.

Premièrement, qu’es-ce qu’un fichier RAW. On pourrait appelé ça un fichier brute, un un négatif digital de vos images. C’est en fait un fichier photo “non-destructif” qui sert à créer un fichier jpg, tiff ou autres après quelques manipulations et ajustements. À la base, ce fichier ne change pas, le logiciel qui exploite ce fichier ne fait que mémoriser les changements qu’on désire lui apporte tout en montrant au photographe un aperçu de ce qu’aura l’air l’image, et une fois terminé, nous créons le nouveau fichier sous format jpg. Ce fichier est de trois à quatre fois plus volumineux qu’un fichier jpg, et il contient beaucoup plus de datas afin de mieux exposer ou diminuer des zones de surexposition en limitant les hautes lumières. Pour ce type de fichiers, il vous faut des logiciels spécialisés et une bonne maîtrise qui ne s’acquiert pas du jour au lendemain. De plus, un fichier RAW contenant plus d’information donne plus de latitude au photographe. Quant au fichier JPG, lui il est “destructif”. C’est-à-dire qu’à chaque fois que vous lui faite une modification, la qualité du fichier change car un trou informatif au niveau de l’information (datas) vient s’y insérer.

Je ne connais pas de photographes soucieux de leurs images qui donnent ces fichiers RAW. Un fichier RAW étant pour un photographe ce qu’est une recette non terminé pour un cuisinier, ou une œuvre inachevé pour un artiste. Donner les ingrédients sans terminer la recette est donc impensable. De plus, une photo affiché sur internet sans notre touche personnelle, mais plutôt avec celle de Pierre/Jean/Jacques peut faire en sorte qu’un client se demande si c’est le type d’images que nous produisons. Cette image peut donc nous causer certains torts en nous faisans manquer une opportunité d’affaire. Ces images sont les ambassadrices de ma vision photographique, ma façon de voir personnelle. C’est pour cette vision qui est mienne qu’au fond vous m’engagez.

La caméra elle prend une photo. Elle prend ce qu’elle vois, une image sans nuances, sans grande brillance. En fait, elle nous capture à un moment précis ce qu’étais la lumière, les ombres et les sujets qui se trouvaient devant elle. Sous logiciel, un photographe lui apportera des nuances et fera exploser ses qualités pour en faire une photo éclatante. Il nous arrive également de prendre une photo en toute conscience qui pourrait être jugé comme étant une “mauvaise photo” (sous-exposé, sur-exposé). Cette “mauvaise photo” cependant aura été prise avec une idée en tête, soit celle d’exploiter le côté sombre/clair de l’image afin de lui donner un effet désiré et prévu d’avance lors de la prise de vue.

Comme une photo vaut mille mots, il est donc préférable à mon avis de vous soumettre ces trois exemples.

1. Une photo jpg tiré d’un fichier RAW non traité. Communément appelé dans le jargon photo, sooc. (straight out of camera)

D75_3238-22. Une version maintenant avec de légères modifications de bases.

D75_3238-33. Une photo maintenant plus à la mode avec une base de gris et une coloration personnelle.

D75_3238Certains RAW montrent des écarts plus fragrants lors de la prise de vue. Mais ayant des années de métier derrière la cravate, et étant aussi un bon technicien (du moins je le crois lol) au niveau de la gestion des lumières, mon RAW n’est quand même pas si mal, mais la photo n’a pas son identité propre et la vision du photographe.

Après tout, qui fait affaire avec un pâtissier et réclame qu’on lui remette un gâteau non cuit tout en repartant de la pâtisserie avec un sac d’ingrédients, mais rien de succulent à se mettre sous la dent?

Mon appréciation du boîtier Fujifilm X-E2 (1 de 2)

Fuji X-E2

 C’est bien connu dans le métier de photographe, que le créneau technique, c’est-à-dire des caméras et tout autre accessoires servant à capturer une image est en constante évolution d’année en année, ce qui force la plupart des photographes à engouffrer des sommes considérables à chaque année afin de se tenir à date.

Un peu las de traîner avec moi du gros matériel photo, je me suis convaincu qu’un regard du côté des appareils sans miroirs, communément appelé mirrorless, serait peut-être intéressant. Certains amis, mal intentionnés pour me faire dépenser inutilement (haha), s’en sont donné à cœur joie afin de me créer des besoins. Farce à part, je les remercie. 😉

(Oui Éric (GX7), Michel (X100s) et Marco (X-T1), c’est de vous dont je parle. lol)

Avec en tête une nouvelle acquisition pour mes besoins photos personnels, je me suis donc mis à la recherche de la meilleure option pour moi. Comprenez moi bien, je ne dis pas avoir acheté la meilleure caméra qui existe, mais un excellent boîtier qui vient combler mes besoins. Je voulais donc une caméra légère, qui pouvais répondre à ces attentes.

-Excellent boîtier, petit et léger

-Fichiers de hautes qualités

-Série d’objectifs de hautes qualités

-Bonne construction

-Bonne aptitude en haut iso

-Bon autofocus

-Objectifs interchangeables

Ceci dit, il n’y a pas de boîtiers mirrorless qui existe actuellement qui contiennent une liste exacte de toutes mes exigences. Quand ils ont une partie de ce que je recherche, c’est ailleurs qu’il y a un manque. L’autofocus en basses lumières est très aléatoire, l’iso utilisable le plus haut est 6400, mais est néanmoins de très bonnes qualités car il n’est pas remplis d’artefacts dans ses zones sombres. L’autonomie représente aussi pour moi un léger problème. Il faut comprendre que l’utilisation professionnelle demande parfois une utilisation de plus longue durée que pour monsieur et madame tout le monde. Si les batteries ne sont pas si chère pour combler cette lacune, il reste que lors d’un contrat, lorsqu’il y a ce que l’on appelle un “instant décisif”, vous savez, ce moment unique qui passe le temps d’un clin d’œil, et bien il n’est pas apprécié de perdre à tout jamais ce moment par manque d’énergie. Une batterie pour ce modèle vous permet de prendre environ 300 images. Pour la plupart des gens, 300 c’est beaucoup, mais pour un usage professionnel, ça passe vite.

Là vous vous dites “Hé ho! Tu ne cherchais pas une caméra compacte pour utilisation personnelle?” Hé oui! Ça commence souvent comme ça une nouvelle addiction. 🙂

J’ai vite découvert au long de mes recherches que je pouvais obtenir plus pour mon argent que ce que je pensais au tout début. Mon intention d’utiliser un tel appareil pour des besoins personnels s’est vite vu ajouter certaines occasions de l’utiliser pour certains besoins professionnels. Le système Fuji à vite attiré mon attention. De beaux boîtiers aux allures des Leica, de beaux appareils aux allures de rangefinder (appareil au viseur télémétrique). Des appareils quasi anonymes tellement ils n’attirent pas l’attention. J’ai aussi été impressionné par les “reviews” très positives sur les objectifs de la marque, qui dans certains cas, atteignent des standards que peu d’objectifs peuvent se vanter d’atteindre. Pour moi, de pouvoir changer d’objectifs selon le besoin était important, afin de ne pas me limiter à une seule longueur focale, vissé au boîtier ce qui à la longue m’apparaît comme une limitation technique dans certaines occasions. J’avais donc devant moi deux choix à faire pour le type de caméra recherché. D’un côté l’excellent X-Pro1, avec un excellent viseur hybride, et de l’autre, un X-E2 avec un autofocus plus rapide et plus performant ( surtout dû au fait qu’il soit plus récent). Mon choix s’est donc porté sur le X-E2. Vous êtes surpris? C’était pourtant dans le titre! 😛 Un article du National Geographic est d’ailleurs venu me conforter dans mon choix. De plus, la légèreté d’un tel système est fort appréciable pour une personne comme moi fatigué de transporter 50 lbs de matériel dans un sac, surtout lors de prise de vues extérieures pour mon créneau portrait. Quoi de plus agréable que d’amener un ou deux boîtiers ultra-léger avec un ou deux objectifs qui tiennent bien dans une des poche de ma veste. 😉

Ce billet va comporter un volet technique, mais pas en détail. Certains sites ont détaillés en long et en large les pour et les contre techniques de cet appareil. Les amateurs de fiches techniques devront donc s’en remettre à ces sites. En fait, c’est mon appréciation globale de cet appareil que je veux partager en fonction de situation réels de prise de vues. Que ce soit pour un usage professionnel, ou personnel.

Ma première utilisation après mon acquisition fût lors d’une prise de vue de couple, ce que l’on appelle communément “la séance d’engagement”. Suis-je parti sur une assignation photo  avec dans mes mains uniquement ce petit boîtier? Bien sûre que non! J’ai toujours été un fier utilisateur de Nikon, et j’avais avec moi mes deux boîtiers professionnels ainsi que quelques objectifs. J’ai néanmoins demandé au couple de me permettre de prendre quelques clichés avec le Fuji, ce qu’ils ont accepté volontiers. J’ai été charmé immédiatement par son utilisation, bien sûre j’avais pratiqué avec cette appareil avant ce moment avec eux, mais ce fut ma première utilisation en conditions réels professionnels. L’utilisation, les commandes personnalisables, la qualité des fichiers et surtout, ces couleurs propres à Fuji étaient un délice pour mes yeux. J’ai donc décidé de poursuivre l’expérience et de pousser un peu plus loin. Une amie photographe, Nancy Patry, m’a demandé si j’étais libre pour un mariage afin d’agir en tant que second photographe. Ils nous arrive à tous en tant que photographe d’avoir certaines dates qui ne sont pas réservés. Pour certains, cette occasion permet une collaboration ponctuel et une occasion de partager une expérience de “shooting” commune. Comme la chimie entre moi et Nancy est excellente, ce fut une occasion de collaborer ensemble. De plus, je dois avouer que ses clients étaient fort sympathique, et m’ont laissé pleine latitude. J’ai donc proposé à Nancy de faire quelques clichés avec l’appareil, ce qui devrait représenter environ 15% de la couverture que j’ai fait. Elle fût enthousiasmé.

(La légende de chaque image se retrouve au dessus de celle ci)

Voilà d’ailleurs Nancy en plein travail.

NPphoto

Alors voici donc quelques clichés avec détails de prise de vue. Toutes les images ont été prises avec le Fujifilm X-E2 en lumière ambiante et la Fujinon 35mm 1.4 (équiv. 52.5mm)

iso 200, 1/320sec, f2.5, balance des blancs et couleurs modifiés.

FUJI3252

iso 3200, 1/180sec, f2.5 à l’intérieur de la salle de réception. Malgré l’iso utilisé, les détails de cette prise de vue sont excellents. Balance des blancs de l’appareil.

FUJI3282

iso 1250, 1/180sec, f2.8, balance des blancs de l’appareil

FUJI3313

iso 1250, 1/60sec, f1.4, balance des blancs de l’appareil. Il est intéressant de savoir que l’appareil, avec des vitesses plus basse, à son propre système anti-vibrations.

FUJI3329

iso 200, 1/40sec, f2.2, balance des blancs de l’appareil. Notez le “sharpness” malgré la basse vitesse et la faible profondeur de champ.

FUJI3356

iso 400, 1/1000sec, f1.4, balance des blancs de l’appareil. Malgré la faible profondeur de champ, l’image jouit encore d’un piqué excellent. Bien sûre, avec mon décalage de position en rapport avec elles, je suis en hyperfocale. De plus, aucuns problèmes chromatiques dû à une réflexion quelconque. J’ai pourtant vu des objectifs plus dispendieux mordre la poussière avec des conditions lumineuses comparables, et ce, même si cette situation ne représente en rien des conditions extrêmes.

lifestyle wedding

iso 200, 1/180sec, f3.6, balance des blancs de l’appareil. Mise au point faite sur les yeux. En mode d’agrandissement 100%, on vois bien le détail au niveau de la chevelure et la texture de l’œil.

FUJI3457

iso 200, 1/1000sec, f3.6, balance des blancs de l’appareil. L’avantage d’un mirrorless comme le modèle utilisé, c’est la pré-visualisation de l’image en temps réel. Ce que vous voyez dans le viseur ou à l’écran, c’est ce que vous obtiendrai une fois l’image prise. Vous changé les temps de poses, la profondeur de champ, vous verrez alors instantanément votre écran changer, et ce même avant de presser le déclencheur. J’y vois un gros avantage pour ceux et celles qui veulent composer avec la lumière. J’y reviendrai d’ailleurs plus tard.

mariage lifestyle

iso 1000, 1/400sec, f2.0, balance des blancs et couleurs modifiés.

montreal wedding photographer

iso 1000, 1/500sec, f1.4, balance des blancs de l’appareil. Mise au point faite sur les détails en bois de la clôture afin de produire un effet de flou sur le couple.

FUJI3619

iso 5000, 1/100sec, f2.8, balance des blancs de l’appareil. La photo à été prise en intérieur, donc aucune luminosité extérieur disponible. Autant les détails que le niveau de bruit est fort acceptable pour une image prise à haut iso.

FUJI3640

…et pourquoi pas jouer un peu avec les détails présents. 😉 iso 3200, 1/50sec, f2.8 et balance des blancs de l’appareil.

FUJI3576

iso 5000, 1/100sec, f2.0, balance des blancs de l’appareil. Photo prise avec éclairage à contre-jour. Encore une fois, le piqué est excellent, mais je dois l’avouer, cette image est dû plus à de la chance. Lors de la dance du couple, comme la luminosité variait énormément en fonction du jeux de lumières en mouvement constant, il a été très difficile pour l’appareil de faire un “lock” au niveau de la mise au point de l’autofocus.

FUJI3677

Les limites de ce boîtier ayant été atteintes, je n’ai pas hésité à utiliser un de mes boîtiers habituelles. Le nikon D3 avec 50mm 1.4 iso 6400, 1/60sec, f1.4 en lumière ambiante et balance des blancs de l’appareil. Un mariage étant un moment unique dans une vie, je ne pouvais pas prendre trop de temps à utiliser un boîtier dont je ne connais pas l’efficacité en toutes circonstances. J’ai donc pris moins d’une minute avec le X-E2 pour retourner immédiatement au D3 que j’avais autour du cou. N’oubliez pas que le risque ici de perdre ce moment était minime, car j’étais après tout un “second photographe”. 😉

mariage montréal

Mon appréciation…

J’ai adoré travailler avec ce petit nouveau qui fait partie désormais de mon arsenal matériel. Son poids, sa physionomie plutôt discrète comparé à mes gros “kodak”, la qualité de ses images et de ses optiques. Des images très détaillés autant en iso normal qu’en haut iso. Sa facilité d’utilisation et la possibilité de le personnalisé via certains des boutons présents en leur assignant des fonctions précises. Pour ce qui est du viseur, c’est bien, mais c’est une adaptation. Un viseur électronique n’est en rien comparable à un viseur optique. C’est un peu pour cette raison que je disais plus tôt dans ce billet que cet appareil avait les apparences d’un ranfinder, mais n’en est pas un. Pourquoi? Tout simplement parce que il ne s’agit pas ici d’un viseur télémétrique standard, mais d’une miniaturisation d’un écran qui nous rend l’image tel que vu par le capteur. De plus, l’avantage pour moi d’avoir un viseur sur le côté, c’est que je cesse d’y coller mon gros nez. Comme j’ai un visage avec peau grasse (lucky me, moins de rides yeahhh), je ne passe pas mon temps à laisser ma marque dans l’écran. L’écran cependant est superbe.

J’ai immédiatement vu l’avantage qu’à cet appareil sur la créativité. J’aime beaucoup faire la chasse à la lumière, j’aime créer avec celle ci. La plupart du temps je ne cherche pas un beau background pour mes images, mais plutôt une qualité de lumière, et si possible, ces “ray of light” si difficile à trouver et parfois avec un temps manquant, une perte d’opportunités. Un mariage est un feu roulant d’événements qui ne cessent de se succéder. Alors parfois prendre du temps pour obtenir un résultat X en faisans quelques essais/erreurs est parfois impossible. C’est là que la prévisualisation en temps réel est apprécié, car à l’écran, on trouve immédiatement les résultats avant de presser le déclencheur en fonction du temps d’exposition et de son ouverture de diaphragme. Ce qui prenait alors une minute et plus en temps réel ne prend désormais que 5 à 10 secondes. Avec cette avantage, je peux prendre plus de temps à créer et à laisser cour à ma créativité. Pour ce qui est de son rendement avec la lumière artificielle, il est excellent. J’utilise également beaucoup la lumière ambiante, et également une lumière que je peux manipuler à ma guise. J’ai fais partie des premiers à utiliser autrefois les lumières à fresnel Lowel iLight. Après un certain temps, les panneaux LED ont fait leurs apparitions. À l’époque, ces petits panneaux coûtaient une fortune et manquaient de puissance. Aujourd’hui, des panneaux plus abordable se retrouvent sur le marché. Pas nécessaire d’acheter un wescott hors de prix pour avoir puissance et qualité lumineuse. En utilisation avec ce petit appareil, on vois immédiatement le modelage de crée la lumière, et le rendu sur l’image avant même de presser le déclencheur.

En conclusion…

J’hésiterai moins à l’avenir à utiliser cet appareil. Je compte quand même sur Fuji pour sortir un appareil avec un meilleur autofocus (apparemment que le X-T1 est sur la bonne voix) et un rendement de pointe au niveau du iso (également X-T1). Les lacunes de cet appareil réside dans une utilisation ou la rapidité d’exécution en matière d’autofocus est exigé, et plus particulièrement en période de basses lumières où l’appareil peine à barrer son point de focus sur le sujet, et encore pire, si celui ci est mobile. Pour ce qui est du poids, je dois dire que l’attrait d’amener avec moi un appareil au si faible poids, sans concéder aucunement la qualité photographique exigé lors d’un travail rémunéré est fort appréciable. De plus, ce modèle de caméra peux être opérer en mode “remote” via iPhone. Le wi-fi interne envois l’image au téléphone intelligent, et il ne nous reste qu’à définir le point de focus en utilisant l’écran tactile du téléphone et de régler l’exposition. La manœuvre se fait en une seconde. Ce gadget en fait un allié de poids contre un célébrant/curé récalcitrant. Une fois la caméra discrètement installé, ni vu ni connu. Ah, j’oubliais, le bruit du déclencheur est quasi inexistant.

Mon gros coup de gueule, c’est la durée de la batterie. 300 clics d’autonomie, ce n’est pas assez, et ce, même si comme moi on a quelques batteries (4 dans mon cas). Et que dire de cet afficheur d’état de charge de la batterie qui est à toute fin pratique, inutile. L’appareil affiche en tout temps pleine charge, et lorsque la batterie affiche vide, il ne vous reste au mieux que deux ou trois photos possible, et encore, je suis généreux. Mon afficheur à tendance à m’aviser quelques secondes avant de se fermer.

Il y aura un deuxième volet à ce billet question d’explorer encore ses possibilités.

Dominique De Mari photographe, membre du Professional Wedding Photographers of Canada PWPC Courriel: info@lifestyleimages.ca Téléphone: 514-750-7492

Valérie et Christian pour l’émission “Je marie mes parents” de Canal Vie

Samedi le 31 août, ce fût au tour de Valérie et Christian d’unir leur destiné.

Cet heureux mariage avait une petite particularité. C’était la treizième émission de la nouvelle série sur “Canal Vie” qui sera en onde dès l’hiver prochain, “Je marie mes parents”.

Voici donc quelques images de ce fabuleux mariage.

 

DD3_3785 DD3_3801 DD3_3831 DD3_3843 DD3_3874 DD3_3892 DD3_3944 DD3_4032 DDM_8796 DDM_8804

DDM_8807 DD3_3998 DD3_4000 DD3_4009

DD3_4034

 

DD3_4109

DD3_4130 DD3_4175 DD3_4193 DDM_8897 DDM_8911

DD3_4242 DD3_4196 DD3_4270 DD3_4254 DD3_4243 DD3_4389DDM_8990DD3_4391 DD3_4397 DD3_4420 DDM_9003 DDM_9022DDM_8967 DD3_4681 DD3_4677 DD3_4628 DD3_4624 DD3_4621 DD3_4826DDM_9140 DD3_5010 DD3_4997 DD3_4991 DD3_4904 DD3_4876 DD3_4851 DD3_4837DD3_4482 DD3_4507 DD3_4528 DD3_4530 DD3_4553 DD3_4585 DDM_9044 DDM_9051

Pour votre mariage, conseils pratiques no.1

 

 

 

Les invités avec caméras

 

Pourquoi es-ce que nous commençons les conseils pratiques par le milieu de la journée?

Une réponse simple serait de vous dire que pour bien des photographes, les gens qui assistent aux cérémonies avec des appareils photos compliquent énormément notre travail. Avec la miniaturisation des appareils photos, les iPhone et autres appareils téléphones intelligents, les invités qui utilisent ces appareils se multiplient à un rythme fou. Et que dire de ce que nous appelons affectueusement l’oncle Bob. Terme maintenant utilisé par les photographes du monde entier, il décrit en fait une personne qui possède une caméra réflex (à objectif interchangeable) et qui généralement talonne le photographe professionnel.

Personnellement, je n’interdit pas aux gens de photographier, malgré que dans de rares cas, certains professionnels le font. Cet article aujourd’hui sur ce blog à plutôt pour intérêt de sensibiliser les gens sur ce qui est convenable de faire, et ce qui ne l’est pas.

Je vais donc me concentrer sur trois points.

 

 

1. La cérémonie

Cette partie de la journée est particulièrement sensible. Beaucoup de prêtres tolèrent péniblement les professionnels. Nous devons faire patte blanche devant ces prêtres ou célébrants car souvent, avant nous, ils ont eu de mauvaises expériences. Beaucoup de propriétaires de caméras réflex ou photographes amateurs se présentent à eux en ajoutant la mention “professionnel” lors du premier contact. Si leurs intentions sont bonnes, malheureusement, souvent leurs discrétion laisse à désirer et donne un goût amer aux prêtres qui par la suite imposent un code de conduite pour tous, si parfois ils ne bannissent pas totalement la prise d’images lors du point culminant de la journée que représente la cérémonie.

 

Il est très important pour les invités de ne pas se promener dans l’église en prenant des images. Car ne connaissant pas nos besoins, ne sachant pas trop ce que nous voyons dans l’œilleton de nos appareils, ils peuvent en un instant ruiner un moment magique, une expression ou l’esthétique d’une image importante. Il faut se rappeler que tout au long de la journée, nous pouvons reprendre une image, sauf pendant la cérémonie. Fréquemment ils nous arrive de choisir un point de vue en tout point superbe, et tout à coup y voir quelqu’un entrer dans le champs de vue photographier à notre opposé empêchant la prise de vue du professionnel.

 

L’allée de l’église ou du lieu choisi pour la cérémonie est aussi un point névralgique. Le photographe attitré va souvent se positionner à un point précis, et souvent ce point, c’est aux côtés du marié en léger retrait sur le côté. Alors quand tante Ginette décide d’entrer subitement dans l’allée en offrant comme unique point de vue son dos pendant que la mariée entre au bras de son père, il est très difficile pour le photographe de réagir de façon instantané. Ces images ne pourront jamais être reprise, et ce même si tante Ginette offre de donner ses images au couple. Il faut savoir qu’une caméra grand publique avec un petit flash n’offre pas la même qualité d’image qu’un appareil professionnel. À d’autres occasions, c’est littéralement une vingtaine de personnes qui entre dans la danse armé de caméra-téléphone et empêchant toute possibilité d’entrevoir le couple. Ce moment unique ne pourra jamais alors se rendre dans l’album officiel des mariés. Il est aussi très important de ne pas se placer derrière la mariée lors de la procession à l’église, autrement, c’est vous en arrière plan que nous allons être en mesure d’admirer. Prenez en note qu’installé à notre opposé, en robe ou jupe courte, il se peut qu’une fois accroupi pour capter la scène, vous donniez une vue intime sur vous même qui pourrait vous embarrasser. Même si ces fichiers prennent le chemin de la corbeille, un moment précieux de la journée part littéralement avec.

 

 

Quand je me rend à la cérémonie, j’arrive généralement une vingtaine de minutes avant la mariée. Je repère les gens qui ont des caméras et leurs explique brièvement où je serais installé et l’importance de laisser l’allée dégagé, tout en leur mentionnant bien sûr que la prise de photo est autorisé, mais qu’il est mieux qu’elle se fasse de leurs places. Ma personnalité bon-enfant et cordiale ma facilite la tâche et les gens comprennent bien à ce moment la raison de cette demande de coopération.

Lors des images de groupes suivant immédiatement la cérémonie, je demande gentiment à nos ami(e)s paparazzis de joindre le groupe pour deux raisons simple. 1. Ils feront partie de l’image de groupe, témoin dans le temps de leurs participations au mariage.  2. Ils n’attireront pas les regards et l’attention des gens qui fera en sorte que les gens lors de la photo officielle de groupe, regarderont dans toutes les directions. Ce qui confère à l’image officielle une ambiance anarchique.

Une consoeur photographe, Julye Fortier, m’a fait parvenir des images prisent récemment lors d’un de ses mariages. Bien sûre, elle a pu se débrouiller et son savoir faire a fait en sorte qu’elle puisse mettre en boîte les images nécessaire. Sa seconde photographe elle a eu moins de chance. Vous serais à même de juger du potentiel anarchique quand les gens décident d’eux même d’entrer dans la parade. C’est pourquoi nous avons besoin de la collaboration des mariés, et si possible, de la famille.

 

Comme une image vaut mille mots. (photo courtoisie de July Fortier photographe)

 

 

 

Une fois avisé, les gens n’entrent pas de la même manière dans l’allée. Il n’est pas question ici d’empêcher les gens de capter des souvenirs pour eux, mais seulement de mieux encadré la captation de ces moments afin que nous puissions être apte à remplir notre mandat. Nous avisons donc les gens afin de leur demander de prendre des photos à partir de leur siège, ce qui nous aide beaucoup. Avec cette collaboration, nous revenons donc avec des images fort intéressante où le chaos n’existe pas.

 

 

 

 

 

 

2.La séance de couple

Désolé, elle est réservé aux professionnels engagé pour l’événement seulement!!!

Ce moment étant d’une courte durée, il nous faut être productif, créatif et efficace. Avoir quelqu’un qui vient prendre à quelques reprises l’attention des mariés devient alors pour nous contre-productif et réduit considérablement notre temps réel de prise de vues.

Pour ces raisons, c’est la seule partie de la journée où il n’est pas permis de nous suivre.

 

3. La première danse des mariés

Lors de la première danse, le couple est dans une bulle. Ce moment très intime partagé avec une audience de convives triés sur le volet est un moment unique qui ne dure pas très longtemps. Il est alors apprécié des photographes que vous laissiez champs libre à ceux-ci afin de capter toute l’intensité de l’émotion que vit notre couple de l’heure.

 

En conclusion

Si vous avez lu ces trois points et que vous avez compris les raisons qui motive la rédaction de cet

article, vous comprendrez qu’une grande partie de notre travail en sera aisé. Ne vous en faites pas, j’aime bien discuté brièvement photo avec des gens passionnés, et à quelques occasions dans la soirée, j’invite nos ami(e)s photographes amateurs à se joindre à moi pour la confection d’images comportant un petit cachet people ou glamour.

 

Pour ceux qui ont peur de ne pas ramener de souvenir de ce jour mémorable à la maison, sachez que maintenant, l’ensemble des forfaits vendu aux mariés comportent un DVD d’images hautes-résolutions. Si vous montrez patte blanche, peut-être vous enverrons-t-ils quelques clichés. 😉 Pour ceux qui désire un service plus pointu, nous mettons une galerie en ligne de la couverture de l’événement tel que vu par nous. Il vous sera alors possible de commander en ligne des agrandissements professionnels qui n’ont rien à avoir avec ceux produits par le laboratoire de la pharmacie du coin, et ce, sans vous ruiner.

 

Ajouts 3 octobre 2013

 

Vous n’êtes toujours pas persuadé? Regardez ce court vidéo en cliquant  ici ou sur le lien plus bas. Comme une image vaut mille mots, vous comprendrez tout. 😉

http://player.vimeo.com/video/75820951

 

Dominique De Mari

 

Visitez notre site internet pour nos offres spéciales… www.lifestyleimages.ca